Search and Hit Enter

Covid-19 : Plus de 20 vaccins et de multiples traitements en développement

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’au moins 20 vaccins contre le coronavirus sont en cours de développement dans le monde – même si la procédure prendra probablement plusieurs mois. Le monde médical est lancé dans une véritable course contre la montre pour trouver des mesures préventives et des traitements pour les personnes infectées.

« Au moins 20 vaccins sont en développement pour le COVID-19. Leurs premiers essais cliniques sont déjà en train de commencer », a déclaré vendredi Maria Van Kerkhove, chef du service des maladies émergentes et infectieuses à l’OMS.

Elle a prévenu que « nous avons encore besoin de temps avant d’obtenir un vaccin qui pourrait être utilisable, et ils doivent encore passer par des essais d’efficacité, mais ce travail est en cours ».

Le Dr Mike Ryan, chef du Programme des urgences sanitaires de l’OMS, a souligné qu’il « y a seulement une chose de plus dangereuse qu’un mauvais virus, et c’est un mauvais vaccin ».

« Nous devons être très, très prudents dans le développement de n’importe quel produit que nous allons potentiellement injecter à la majorité de la population mondiale ».

Il a ajouté que le travail de la Chine pour séquencer le génome du virus avant qu’il ne se transforme en pandémie mondiale, et le partage de ces données, avait aidé à travailler beaucoup plus vite sur des vaccins dans le monde.

Mercredi, le Times of Israël a parlé avec le Dr Ofer Levy, du Programme de vaccin de l’hôpital pour enfants de Boston, dont l’équipe est un des groupes qui travaille au développement d’un vaccin. L’équipe focalise son travail pour trouver une solution à destination des personnes âgées.

Actuellement, il n’y a aucun médicament spécifiquement approuvé pour traiter le COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, qui a infecté près de 300 000 personnes dans le monde et tué environ 13 000 personnes.

Les experts ont prévenu du risque de vouloir griller des étapes, malgré l’impact sans précédent du virus sur le monde. Ils ont souligné qu’il fallait respecter les protocoles standards de sécurité.

« On peut comprendre que les gouvernements attendent désespérément une solution qui pourrait limiter le nombre de mort, réduire les fermetures et les quarantaines à cause du Covid-19 », a écrit Shibo Jiang, professeur de virologie à l’université de Shanghai de Fudan et au New York Blood Center, dans la revue Nature cette semaine.

« Mais combattre cette maladie nécessite un vaccin qui soit sûr et efficace ».

Des experts ont prévenu qu’il faudrait peut-être plus d’un an avant d’obtenir un vaccin puisque des essaie cliniques sont nécessaires pour s’assurer qu’il est sans danger pour les sujets humains tests avant de l’utiliser vers le plus grand public.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a suggéré mardi que l’approbation d’un éventuel vaccin pourrait être accordée plus rapidement.

« Alors que nous sommes dans une crise sévère, nous verrons si nous sommes en capacité d’accélérer des processus qui sont normalement lents, prennent beaucoup de temps et sont très bureaucratiques ».

Si certains se focalisent sur un vaccin, d’autres donnent la priorité au traitement.

Selon Benjamin Neuman, un virologue à la Texas A&M University-Texarkana, s’immuniser contre cet agent pathogène sera long et compliqué : il n’y a jamais eu de vaccin humain efficace contre n’importe quel agent pathogène de la famille des coronavirus.

« Il y aura beaucoup d’essais, beaucoup d’erreurs, mais nous avons beaucoup d’options pour essayer », a déclaré Neuman.

L’option du traitement pourrait prendre moins de temps. De fait, l’antiviral remdesivir montre déjà des résultats positifs et il est déjà utilisé sur une base au cas par cas, avant d’être définitivement approuvé.

Remdesivir de Gilead

Remdesivir, de l’entreprise Gilead, a été développé pour lutter contre d’autres virus, dont l’Ebola (contre lequel il s’est révélé inefficace) et il n’a toujours pas été approuvé pour traiter n’importe quelle maladie. Pourtant, le médicament a déjà montré des résultats positifs pour traiter certains patients du coronavirus en Chine, selon les docteurs. Le fabricant Gilead est engagé dans la phase finale des essais cliniques en Asie. Le médicament a aussi été utilisé pour traiter au moins un patient américain jusqu’à présent.

Anthony Fauci du NIH, l’un des hautes responsables scientifiques du gouvernement en charge de superviser la réponse au coronavirus, a dit qu’il pouvait être disponible dans les « prochains mois ».

Le Remdesivir se modifie dans le corps humain pour devenir similaire à l’une des briques de construction de l’ADN, appelée nucléotide. Neumann a déclaré que quand des virus se copient eux-mêmes, ils le font « rapidement et de manière désorganisée », ce qui signifie qu’ils pourraient incorporer le remdevisir dans leur structure – alors que les cellules humaines de répliquer, qui sont plus lentes, ne feront pas la même erreur. Si le virus incorpore en lui-même le remdevisir, le médicament ajoutera des mutations inutiles qui peuvent détruire le virus.

Chloroquine and hydroxychloroquine

Teva, le géant israélien du médicament générique, a annoncé vendredi qu’il fournira 10 millions de doses de son médicament anti-paludisme hydroxychloroquine, qui pourrait potentiellement de révéler efficace pour lutter contre la pandémie de coronavirus, gratuitement aux hôpitaux américains.

Jeudi, le président américain Donald Trump a vanté l’utilisation potentielle de la chloroquine après des résultats encourageants en Chine et en France, alors que de nombreux experts appellent à la prudence.

La molécule hydroxychloroquine, également utilisée depuis des décennies pour des maladies auto-immunes comme le lupus ou l’arthrite rhumatoïde, pourrait bien avoir un effet sur l’élimination du virus, a déclaré le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalier universitaire (IHU) pour l’étude des maladies infectieuses.

Favipiravir de Toyama Chemical

Cette semaine, les autorités chinoises ont déclaré qu’un médicament produit au Japon pouvait être efficace pour traiter les patients au coronavirus. Tard mardi, le ministère chinois de la Science et de la Technologie a fait savoir que certains essais cliniques avaient été réalisés sur le favipiravir — le principal composant du médicament Avigan contre la grippe.

Les essais utilisant le médicament comme un traitement contre le COVID-19, la maladie causée par le virus, ont montré des « très bons résultats cliniques », a déclaré un officiel.

Un essai impliquant 80 patients conduit par un hôpital à Shenzhen et une étude de 120 cas conduite par l’hôpital Zhongman de l’université du Wuhan ont tous les deux montré que le médicament réduisait le temps de guérison des patients. Des tests cliniques utilisant l’Avigan pour traiter le virus ont également commencé au Japon.

Le vaccin Moderna

Quelques semaines après que des chercheurs chinois ont rendu public le génome du virus, un équipe de l’université du Texas à Austin a pu créer un modèle réplique de sa protéine de liaison, la partie qui s’attache et qui infecte les cellules humaines. Les chercheurs ont pu créer une image de la réplique en utilisant un microscope cryogénique à électron.

Cette réplique elle-même est maintenant la base pour un possible vaccin parce qu’elle peut provoquer une réponse immunitaire dans le corps humain, sans causer de dégâts – la méthode classique pour développer des vaccins se base sur des principes remontant à la vaccination contre la variole en 1976.

Le NIH travaille également avec Monderna, une entreprise relativement récente fondée en 2010, pour produire un vaccin en utilisant les informations génétiques de la protéine afin de la développer dans le tissu musculaire humain, plutôt que pour avoir à l’injecter. Ces informations sont stockées dans une substance intermédiaire transitoire appelée « messager ARN » qui transporte le code génétique de l’ADN aux cellules.

« L’avantage est que c’est vraiment rapide », a expliqué Jason McLellan, qui a dirigé l’équipe Austin UT, alors que la méthode traditionnelle de création de la protéine en dehors est difficile à réaliser et prend beaucoup de temps.

On a commencé le premier essai humain du vaccin le 16 mars après qu’il a montré son efficacité sur des souris. Si tout se passe comme prévu, il pourrait être disponible sur le marché d’ici un an et demi, prêt au cas où l’épidémie de coronavirus continuerait jusqu’à la prochaine saison de grippe, selon Fauci.

Le traitement et le vaccin Regeneron

L’année dernière, Regeneron a mis au point un médicament intraveineux qui a permis d’augmenter de manière significative le taux de survie parmi les patients atteints de l’Ebola, en utilisant ce que l’on appelle des « anticorps monoclonaux ».

Pour y parvenir, les chercheurs modifient génétiquement des souris afin de leur donner des systèmes immunitaires semblables aux humains. Les souris sont exposées aux virus, ou à des formes atténuées des virus, afin de produire des anticorps humains, a déclaré Christos Kyratsous, vice-président de la recherche de l’entreprise, à l’AFP. Ces anticorps sont ensuite isolés et sélectionnés pour trouver les plus puissants, qui sont cultivés en laboratoire, purifiés et donnés aux humains en intraveineuse.

« Si tout va bien, nous devrions savoir quels sont nos meilleurs anticorps d’ici quelques semaines », avec des essais humains à venir d’ici l’été, a déclaré Kyratsous.

Le médicament pourrait fonctionner aussi bien comme un traitement que comme un vaccin, en donnant de doses aux personnes avant qu’elles ne soient exposées – même si ces effets ne seraient que temporaires.

A court terme, ils essaient aussi d’utiliser un autre de leurs médicaments, conçu en utilisant la même méthode, appelé Kevzara, qui est approuvé pour traiter des inflammations causées par l’arthrite. Cela pourrait aider à combattre l’inflammation pulmonaire observée dans les formes graves de la maladie COVID-19. En d’autres termes, il s’agit de combattre un symptôme et non pas le virus lui-même

Le vaccin Sanofi

Le fabricant français Sanofi s’est associé au gouvernement américain pour utiliser une méthode que l’on appelle recombinaison de l’ADN afin de produire un vaccin potentiel. La méthode utilise de l’ADN du virus et le combine à l’ADN d’un virus désactivé, en créant une chimère qui peut entraîner une réponse immunitaire.

Les antigènes produits peuvent ensuite être multipliés.

La technologie est déjà à la base d’un vaccin contre la grippe de Sanofi. On pense que l’entreprise a déjà une longueur d’avance à cause du vaccin SARS qu’elle a développé qui a offert une protection partielle pour les animaux. David Loew, le responsable de vaccins au sein de l’entreprise, aurait déclaré que Sanofi s’attendait à avoir un vaccin prêt pour mener un test en laboratoire d’ici six mois et pour une étude clinique d’ici un an et demi.

Le vaccin d’Inovio Pharmaceuticals

Inovio, un fabricant pharmaceutique américain, a travaillé, depuis sa fondation dans les années 1980, sur des vaccins d’ADN – qui fonctionnent de manière similaire aux vaccins d’ARN, comme expliqué ci-dessus, mais qui agissent plus tôt dans la chaîne.

Par analogie, on peut penser l’ADN comme une référence de livre dans une bibliothèque, alors que l’ARN est une photocopie d’une page de ce livre contenant des instructions pour effectuer une tâche.

« Nous prévoyons de commencer les essais cliniques humains aux Etats-Unis en avril et peu après en Chine et en Corée du Sud, où l’épidémie affecte le plus de gens », a déclaré J. Joseph Kim, président et PDG d’Inovio dans un communiqué.

« Nous prévoyons de livrer un million de doses d’ici la fin de l’année en fonction des ressources existantes et de nos capacités ».

D’autres efforts à souligner

Le fabricant de médicaments GlaxoSmithKline a fait équipe avec une entreprise de biotechnologie chinoise, en proposant une méthode technologie avec adjuvant. Un adjuvant est ajouté dans certains vaccins pour améliorer la réponse immunitaire, en créant une immunité plus forte et plus durable contre les infections que le vaccin seul.

Comme Moderna, CureVac travaille avec l’université de Queensland sur un vaccin messager ARN. Son président Daniel Menichella a rencontré des responsables de la Maison Blanche plus tôt ce mois, et il a annoncé que l’entreprise devrait avoir un vaccin possible d’ici quelques mois.

L’entreprise américaine Johnson & Johnson cherche à voir si certains de ses autres médicaments pourraient aider à traiter les symptômes des patients déjà atteints par le virus. L’entreprise travaille déjà pour développer un vaccin impliquant une forme désactivée du pathogène.

L’entreprise Vir biotechnology, située en Californie, a isolé des anticorps de survivants du SARS et cherche à savoir si ces anticorps peuvent traiter le nouveau coronavirus. Sa méthode avait auparavant permis de développer des traitements contre l’Ebola et d’autres maladies.

Par TIMES OF ISRAEL STAFF