Search and Hit Enter

Des restrictions possibles au moins jusqu’au 1er avril 2021, selon un projet de loi

L’exécutif français a annoncé envisager prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février inclus.

Des mesures de restriction seraient possibles au moins jusqu’en avril 2021 dans le pays, selon un projet de loi présenté par le gouvernement.

Un projet de loi, présenté par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, en sortie de Conseil des ministres ce 21 octobre, permettrait en outre la mise en place de mesures restrictives jusqu’au 1er avril 2021.

Ces restrictions concerneraient la circulation, les rassemblements ou encore l’ouverture d’établissements sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique.

L’Assemblée nationale examinera ce projet de loi ces 24 et 25 octobre. Le texte fera ensuite la navette au Sénat.

Le Premier ministre Jean Castex doit prendre la parole le 22 octobre, alors que le porte-parole du gouvernement a annoncé à la sortie du Conseil des ministres qu’un «certain nombre de départements» allait basculer en alerte maximale.

Ce 21 octobre, le nombre de malades du Covid-19 actuellement en réanimation en France a dépassé les 2 000 personnes, un seuil qui n’avait pas été atteint depuis mai, selon les chiffres officiels. 33 883 personnes ont perdu la vie par suite du coronavirus depuis le début de l’épidémie, dont 163 en 24 heures.

Originaux: RT – FR

Le chef du gouvernement français, Jean Castex, a annoncé ce 22 octobre que le couvre-feu allait être étendu à 38 nouveaux départements et à la Polynésie, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Jean Castex s’est exprimé lors d’une conférence de presse ce 22 octobre afin de présenter les mesures décidées par l’exécutif pour faire face à l’évolution inquiétante de la pandémie de Covid-19 en France.

«La situation est grave [en France où] la circulation du virus est extrêmement élevée», a déclaré le chef du gouvernement.

«Le mois de novembre sera éprouvant [et] le nombre de morts va continuer à augmenter» en France, a-t-il poursuivi.

Selon le Premier ministre, le taux d’incidence, c’est à dire le nombre de cas confirmés de Covid-19 pour 100 000 habitants, a progressé de 40% en une semaine, pour atteindre 251 sur le territoire national. Et le taux de reproduction du virus induit un doublement du nombre de cas tous les 15 jours.

Dans ce contexte, le Premier ministre a annoncé que le couvre-feu déjà en place dans la métropole parisienne et plusieurs autres métropoles allait être étendu à 38 nouveaux départements et en Polynésie.

Au total, 54 départements et un en Outre-mer, soit 46 millions de Français, seront soumis à un couvre-feu à partir du vendredi 23 octobre.

Les 54 départements sous couvre-feu sont : l’Ain, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, l’Ardèche, les Ardennes, l’Ariège, l’Aube, l’Aveyron, les Bouches-du-Rhône, le Calvados, la Haute-Corse, la Corse-du-Sud, la Côte-d’Or, la Drôme, le Gard, la Haute-Garonne, l’Hérault, l’Ille-et-Vilaine, l’Indre-et-Loire, l’Isère, le Jura, la Loire, la Haute-Loire, le Loiret, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le Bas-Rhin, le Rhône, la Saône-et-Loire, la Savoie, la Haute-Savoie, Paris, la Seine-Maritime, la Seine-et-Marne, les Yvelines, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var, le Vaucluse, la Haute-Vienne, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise.

Enfin, Jean Castex a fait savoir que 32 033 contrôles et 4 777 verbalisations avaient été réalisés pour non-respect du couvre-feu jusqu’à présent.

26 676 nouveaux cas de Covid-19 ont été dépistés ces dernières 24 heures, contre un peu plus de 20 000 la veille. 166 morts ont été enregistrés dans le même laps de temps, faisant passer la barre des 34 000 décès en France depuis le début de la pandémie mondiale.

L’Assemblée nationale a approuvé le 21 octobre au soir une rallonge de 2,405 milliards d’euros pour les établissements de santé, qui doit permettre l’ouverture de «4 000 nouveaux lits» d’hôpitaux et des revalorisations salariales promises aux soignants.

Originaux: RT – FR