Search and Hit Enter

Revalorisation du personnel soignant

Jusqu’alors très peu plébiscitées par les partenaires sociaux représentant le personnel soignant, les annonces effectuées par le gouvernement dans le cadre du «Ségur de la santé» se sont heurtées à la réalité du milieu hospitalier en proie à une crise protéiforme, notamment du fait de manques de moyens humains, matériels et financiers.

C’est dans ce contexte que le ministre de la Santé Olivier Véran a enfin dévoilé, le 24 juin, la somme que le gouvernement était prêt à dépenser pour améliorer la rémunération des personnels hospitaliers, hors médecins, qui font l’objet d’une négociation parallèle.

«Véran prêt à injecter six milliards pour augmenter les salaires à l’hôpital», rapporte l’AFP, selon qui la somme serait à destination des hôpitaux, des établissements médico-sociaux (publics) et des établissements privés.

Cette somme inclut une augmentation générale des salaires des agents de la fonction publique hospitalière, une refonte des primes, ainsi que des hausses ciblées sur certaines professions, qui pourraient être étendues aux établissements privés, ont précisé trois autres sources.

Selon un projet d’accord présenté lors d’une précédente réunion le 19 juin, ces hausses ciblées concerneraient notamment les catégories soignantes (infirmiers, aides-soignants) et médico-techniques (techniciens de laboratoire, manipulateurs radio).

Ce document, remis aux syndicats, prévoyait que l’augmentation générale des salaires dans le secteur public entre en vigueur «à compter du 1er juillet» pour le million d’agents du secteur public, qu’ils soient titulaires ou contractuels, rapporte encore l’AFP.

Lancée au mois de mai dernier sous l’appellation «Ségur de la santé», la tentative gouvernementale d’établir un dialogue avec les partenaires sociaux du monde soignant, notamment afin d’établir le «plan massif de revalorisation et d’investissement» promis par Emmanuel Macron en pleine pandémie, s’est soldée par de récents cris de colère au sein de la profession.

Piloté par l’ancienne dirigeante de la CFDT Nicole Notat, ledit «Ségur de la santé» a donné lieu à plusieurs journées de mobilisation, dont une particulièrement suivie le 16 juin dernier.

Le malaise que traverse le monde de la santé est profond et ne date pas d’hier : un mouvement social inédit a vu le jour en milieu hospitalier il y a plus d’un an, ses protagonistes n’ayant eu de cesse d’alerter le gouvernement sur une situation chaotique.

Au mois de mai 2019 déjà, le président de SAMU-Urgences de France écrivait par exemple au ministère de la Santé pour mettre en garde sur «un point de rupture jamais atteint».

Image: Le personnel soignant a besoin de masques pour se proteger et proteger les malades. Photo RL – Lionel Vadam

Originaux: RT – Fr